• آخر المواضيع
  • السنة التحضيريّة
  • السنة الأولى أساسي
  • السنة الثانية أساسي
  • السنة الثالثة أساسي
  • السنة الرابعة أساسي
  • السنة الخامسة أساسي
  • السنة السادسة أساسي
  • موارد المعلم
  • السنة السابعة أساسي
  • السنة الثامنة أساسي
  • السنة التاسعة أساسي
  • موارد الأستاذ (إعدادي)
  • السنة الأولى ثانوي
  • السنة الثانية ثانوي
  • السنة الثالثة ثانوي
  • السنة الرابعة ثانوي BAC
  • موارد الأستاذ (ثانوي)
  • البحوث
  • ملخّصات الدروس
  • الامتحانات
  • الحقيبة المدرسية
  • التمارين
  • Séries d'exercices
  • BAC
  • ألعاب
  • Bibliothèque
  • اختبر ذكائك
  • مكتبتي
  • إبداعات المربّين
  • للمساهمة في هذا الموقع
  • المنهج الجزائري
  • دليل الموقع
  • من نحن؟
  • 4 - Les petits poissons - Les Malheurs de Sophie

    هَلْ جَزَاءُ الْإِحْسَانِ إِلَّا الْإِحْسَانُ
    من واجبنا أن نجتهد في توفّير كلّ ما تحتاجونه، ومن حقّنا عليكم نشر كلّ صفحة أفادتكم
    D'ailleurs, n'hésitez pas à aimer/partager cet article

    Les Malheurs de Sophie
    IV – Les petits poissons.

    Ecouter

    Sophie était étourdie; elle faisait souvent sans y penser de mauvaises choses.

    Voici ce qui lui arriva un jour:

    Sa maman avait des petits poissons pas plus longs qu’une épingle et pas plus gros qu’un tuyau de plume de pigeon. Mme de Réan aimait beaucoup ses petits poissons, qui vivaient dans une cuvette pleine d’eau au fond de laquelle il y avait du sable pour qu'ils pussent s’y enfoncer et s’y cacher. Tous les matins Mme de Réan portait du pain à ses petits poissons; Sophie s’amusait à les regarder pendant qu’ils se jetaient sur les miettes de pain et qu'ils se disputaient pour les avoir.

    Un jour son papa lui donna un joli petit couteau en écaille; Sophie, enchantée de son couteau, s’en servait pour couper son pain, ses pommes, des biscuits, des fleurs, etc.

    Un matin, Sophie jouait; sa bonne lui avait donné du pain, qu’elle avait coupé en petits morceaux, des amandes, qu’elle coupait en tranches, et des feuilles de salade; elle demanda à sa bonne de l’huile et du vinaigre pour faire la salade.

    «Non, répondit la bonne; je veux bien vous donner du sel, mais pas d’huile ni de vinaigre, qui pourraient tacher votre robe.»

    Sophie prit le sel, en mit sur sa salade; il lui en restait beaucoup.

    «Si j’avais quelque chose à saler? se dit-elle. Je ne veux pas saler du pain; il me faudrait de la viande ou du poisson… Oh! la bonne idée! Je vais saler les petits poissons de maman; j’en couperai quelques-uns en tranches avec mon couteau, je salerai les autres tout entiers; que ce sera amusant! Quel joli plat cela fera!»

    Et voilà Sophie qui ne réfléchit pas que sa maman n’aura plus les jolis petits poissons qu’elle aime tant, que ces pauvres petits souffriront beaucoup d’être salés vivants ou d’être coupés en tranches. Sophie court dans le salon où étaient les petits poissons; elle s’approche de la cuvette, les pêche tous, les met dans une assiette de son ménage, retourne à sa petite table, prend quelques-uns de ces pauvres petits poissons, et les étend sur un plat. Mais les poissons, qui ne se sentaient pas à l’aise hors de l’eau, remuaient et sautaient tant qu’ils pouvaient. Pour les faire tenir tranquilles, Sophie leur verse du sel sur le dos, sur la tête, sur la queue. En effet, ils restent immobiles: les pauvres petits étaient morts. Quand son assiette fut pleine, elle en prit d’autres et se mit à les couper en tranches. Au premier coup de couteau les malheureux poissons se tordaient en désespérés; mais ils devenaient bientôt immobiles, parce qu’ils mouraient. Après le second poisson, Sophie s’aperçut qu’elle les tuait en les coupant en morceaux; elle regarda avec inquiétude les poissons salés; ne les voyant pas remuer, elle les examina attentivement et vit qu’ils étaient tous morts. Sophie devint rouge comme une cerise.

    «Que va dire maman? se dit-elle. Que vais-je devenir, moi, pauvre malheureuse! Comment faire pour cacher cela?»

    Elle réfléchit un moment. Son visage s’éclaircit; elle avait trouvé un moyen excellent pour que sa maman ne s’aperçût de rien.

    Elle ramassa bien vite tous les poissons salés et coupés, les remit dans une petite assiette, sortit doucement de la chambre, et les reporta dans leur cuvette.

    «Maman croira, dit-elle, qu’ils se sont battus, qu’ils se sont tous entre-déchirés et tués. Je vais essuyer mes assiettes, mon couteau, et ôter mon sel; ma bonne n’a pas heureusement remarqué que j’avais été chercher les poissons; elle est occupée de son ouvrage et ne pense pas à moi.» Sophie rentra sans bruit dans sa chambre, se remit à sa petite table et continua de jouer avec son ménage. Au bout de quelque temps elle se leva, prit un livre et se mit à regarder les images. Mais elle était inquiète; elle ne faisait pas attention aux images, elle croyait toujours entendre arriver sa maman.

    Tout d’un coup, Sophie tressaille, rougit; elle entend la voix de Mme de Réan, qui appelait les domestiques; elle l’entend parler haut comme si elle grondait; les domestiques vont et viennent; Sophie tremble que sa maman n’appelle sa bonne, ne l’appelle elle-même; mais tout se calme, elle n’entend plus rien.

    La bonne, qui avait aussi entendu du bruit et qui était curieuse, quitte son ouvrage et sort.

    Elle rentre un quart d’heure après.

    «Comme c’est heureux, dit-elle à Sophie, que nous ayons été toutes deux dans notre chambre sans en sortir! Figurez-vous que votre maman vient d’aller voir ses poissons; elle les a trouvés tous morts, les uns entiers, les autres coupés en morceaux. Elle a fait venir tous les domestiques pour leur demander quel était le méchant qui avait fait mourir ces pauvres petites bêtes; personne n’a pu ou n’a voulu rien dire. Je viens de la rencontrer; elle m’a demandé si vous aviez été dans le salon; j’ai heureusement pu lui répondre que vous n’aviez pas bougé d’ici, que vous vous étiez amusée à faire la dînette dans votre petit ménage. «C’est singulier, dit-elle, j’aurais parié que c’est Sophie qui a fait ce beau coup. – Oh! madame, lui ai-je répondu, Sophie n’est pas capable d’avoir fait une chose si méchante. – Tant mieux, dit votre maman, car je l’aurais sévèrement punie. C’est heureux pour elle que vous ne l’ayez pas quittée et que vous m’assuriez qu’elle ne peut pas avoir fait mourir mes pauvres poissons. – Oh! quant à cela, madame, j’en suis bien certaine», ai-je répondu.

    Sophie ne disait rien; elle restait immobile et rouge, la tête baissée, les yeux pleins de larmes. Elle eut envie un instant d’avouer à sa bonne que c’était elle qui avait tout fait, mais le courage lui manqua. La bonne, la voyant triste, crut que c’était la mort des pauvres petits poissons qui l’affligeait.

    «J’étais bien sûre, dit-elle, que vous seriez triste comme votre maman du malheur arrivé à ces pauvres petites bêtes. Mais il faut se dire que ces poissons n’étaient pas heureux dans leur prison: car enfin cette cuvette était une prison pour eux; à présent que les voilà morts, ils ne souffrent plus. N’y pensez donc plus, et venez que je vous arrange pour aller au salon; on va bientôt dîner.»

    Sophie se laissa peigner, laver, sans dire mot; elle entra au salon; sa maman y était.

    «Sophie, lui dit-elle, ta bonne t’a-t-elle raconté ce qui est arrivé à mes petits poissons?»

    SOPHIE. – Oui, maman.

    MADAME DE RÉAN. – Si ta bonne ne m’avait pas assuré que tu étais restée avec elle dans ta chambre depuis que tu m’as quittée, j’aurais pensé que c’est toi qui les as fait mourir; tous les domestiques disent que ce n’est aucun d’eux. Mais je crois que le domestique Simon, qui était chargé de changer tous les matins l’eau et le sable de la cuvette, a voulu se débarrasser de cet ennui, et qu’il a tué mes pauvres poissons pour ne plus avoir à les soigner. Aussi je le renverrai demain.

    SOPHIE, effrayée. – Oh! maman, ce pauvre homme! Que deviendra-t-il avec sa femme et ses enfants?

    MADAME DE RÉAN. – Tant pis pour lui; il ne devait pas tuer mes petits poissons, qui ne lui avaient fait aucun mal, et qu'il a fait souffrir en les coupant en morceaux.

    SOPHIE. – Mais ce n’est pas lui, maman! Je vous assure que ce n’est pas lui!

    MADAME DE RÉAN. – Comment sais-tu que ce n’est pas lui? moi je crois que c’est lui, que ce ne peut être que lui, et dès demain je le ferai partir.

    SOPHIE, pleurant et joignant les mains. – Oh non! maman, ne le faites pas. C’est moi qui ai pris les petits poissons et qui les ai tués.

    MADAME DE RÉAN, avec surprise. – Toi!… quelle folie! Toi qui aimais ces petits poissons, tu ne les aurais pas fait souffrir et mourir! Je vois bien que tu dis cela pour excuser Simon…


    SOPHIE. – Non, maman, je vous assure que c’est moi; oui, c’est moi; je ne voulais pas les tuer, je voulais seulement les saler, et je croyais que le sel ne leur ferait pas de mal. Je ne croyais pas non plus que de les couper leur fît mal, parce qu’ils ne criaient pas. Mais, quand je les ai vus morts, je les ai reportés dans leur cuvette, sans que ma bonne, qui travaillait, m’ait vu sortir ni rentrer.

    Mme de Réan resta quelques instants si étonnée de l’aveu de Sophie, qu’elle ne répondit pas. Sophie leva timidement les yeux et vit ceux de sa mère fixés sur elle, mais sans colère ni sévérité.

    «Sophie, dit enfin Mme de Réan, si j’avais appris par hasard, c’est-à-dire par la permission de Dieu, qui punit toujours les méchants, ce que tu viens de me raconter, je t’aurais punie sans pitié et avec sévérité. Mais le bon sentiment qui t’a fait avouer ta faute pour excuser Simon, te vaudra ton pardon. Je ne te ferai donc pas de reproches, car je suis bien sûre que tu sens combien tu as été cruelle pour ces pauvres petits poissons en ne réfléchissant pas d’abord que le sel devait les tuer, ensuite qu’il est impossible de couper et de tuer n’importe quelle bête sans qu’elle souffre.»

    Et, voyant que Sophie pleurait, elle ajouta:

    «Ne pleure pas, Sophie, et n’oublie pas qu'avouer tes fautes, c’est te les faire pardonner.»

    Sophie essuya ses yeux, elle remercia sa maman, mais elle resta toute la journée un peu triste d’avoir causé la mort de ses petits amis les poissons.

    ليست هناك تعليقات :

    إرسال تعليق