• آخر المواضيع
  • السنة التحضيريّة
  • السنة الأولى أساسي
  • السنة الثانية أساسي
  • السنة الثالثة أساسي
  • السنة الرابعة أساسي
  • السنة الخامسة أساسي
  • السنة السادسة أساسي
  • موارد المعلم
  • السنة السابعة أساسي
  • السنة الثامنة أساسي
  • السنة التاسعة أساسي
  • موارد الأستاذ (إعدادي)
  • السنة الأولى ثانوي
  • السنة الثانية ثانوي
  • السنة الثالثة ثانوي
  • السنة الرابعة ثانوي BAC
  • موارد الأستاذ (ثانوي)
  • البحوث
  • ملخّصات الدروس
  • الامتحانات
  • الحقيبة المدرسية
  • التمارين
  • Séries d'exercices
  • BAC
  • ألعاب
  • Bibliothèque
  • اختبر ذكائك
  • مكتبتي
  • إبداعات المربّين
  • للمساهمة في هذا الموقع
  • المنهج الجزائري
  • دليل الموقع
  • من نحن؟
  • Le parc national de l’Ichkeul - Les marais de L’Ichkeul

    هَلْ جَزَاءُ الْإِحْسَانِ إِلَّا الْإِحْسَانُ
    من واجبنا أن نجتهد في توفّير كلّ ما تحتاجونه، ومن حقّنا عليكم نشر كلّ صفحة أفادتكم
    D'ailleurs, n'hésitez pas à aimer/partager cet article


    Les marais de L’Ichkeul 


    Les marais de l’Ichkeul sont regroupés en six ensembles autour de lac: les marais du Morrah, de Douimis, de Sejnane, de Melah, du Sud et de Joumine. Ils forment l’une des plus grands ensembles de ce type au niveau maghrébin et leur végétation diversifiée et étalée en altitude constitue une niche écologique importante non seulement pour les oiseaux en migration hivernale mais aussi pour diverses espèces d’oiseaux sédentaires et nicheurs.

    Ces marais constituent également un milieu privilégié pour un troupeau d’une trentaine de buffles d’eau.

    L’inondation des marais en hiver et au printemps est essentielle pour le développement de la végétation hygrohile.
    Cette végétation est principalement constituée d’étendues importantes de scirpes (scirpus maritimus), principal support alimentaire des oies cendrées qui se nourrissent des bulbes, mais aussi de tamaris (Tamaris africaine et gallica), de joncs (juncus maritimus…) de typha (Typha angustifolia)…

    Dans certaines parties des marais, on trouve d’autres associations végétales qui sont dominées, selon la topographie et les conditions de milieu par:
    - des espèces halophytes comme les salicornes, dans certaines portions des marais de Joumine, du Sud et de Melah.
    - Ammi visnaga, seule ou associée à d’autres espèces comme Galactites tomentosa dans les marais de Joumine et du Sud.
    - Hordeum maritimum dans les marais de Joumine et surtout dans les marais du Sud.

    La scirpaie est beaucoup plus dépendante des niveaux d’eau du lac que les potamots car les scirpes ont besoin d’une saturation en eau des sols tout en étant gênés par une trop grande profondeur d’eau. Par contre la contrainte de salinité (inférieure à 13-15g/l) en hiver est moins contraignante que celle des potamots.

    La limite entre le lac et les marais est soulignée par une couronne plus ou moins régulière de roseaux (Phragmites communis) qui fournit notamment un abri et un support de nidification pour les oiseaux nicheurs en été.


    Phragmites communis:

    Est une pante vivace qui se propage essentiellement par voie végétative. Elle est actuellement en voie de reconstitution. La propagation de cette espèce par semis est très rare et exceptionnelle. A l’âge adulte, cette plante peut atteindre de 1 à 4 m de long. Les roseaux se développent sur les nappes phréatiques salées, ou par les aires d’infiltration et tolèrent les sols salins.



    ليست هناك تعليقات :

    إرسال تعليق